À propos de l'écriture de Virginia Woolf

Mis à jour : 9 sept. 2019

Attention, document exceptionnel : voici l'unique enregistrement de Virginia Woolf.

Cet entretien, diffusé pour la première fois par la BBC le 29 avril 1937, permet d'entendre l'autrice évoquer l'écriture et la façon dont elle la conçoit.


« Cela prouve, s’il en était besoin, que les mots n’ont pas vraiment de disposition à se rendre utiles. Si nous insistons pour forcer leur nature, en leur demandant de l’être, nous payons cher le fait de nous être trompés, en découvrant comment ils se moquent de nous, comment ils nous blessent. Nous avons été si souvent trompés par les mots, ils nous ont si souvent prouvé qu’ils détestaient être utiles, que c’est dans leur nature même de ne pas exprimer un seul fait, mais un millier de possibilités – et ils l’ont fait tant de fois que, par chance, nous commençons à le comprendre. »


L’éblouissement de son enfance dans le petit village de St. Ives, au cœur des Cornouailles sera au cœur des livres de Virginia Woolf. L’enfance, c’est l’arrière-pays de l’œuvre à venir…L’enfance dont elle gardera un talisman, qui lui vient de son père : la lecture… 

« Virginia Woolf plus que quiconque puise dans sa vie le matériau de son œuvre, mais son travail consistera ensuite à effacer tout indice autobiographique » Alexandra Lemasson

L’écriture de Virginia est universelle :

Cela fait cent ans que les femmes ont obtenu le droit de vote et Virginia nous indique comme être créative, combative, comment avoir son espace à soi, être responsable de sa propre vie. Son rôle est toujours important aujourd’hui. Elle propose l’audace, le risque, l’idée d’indépendance, la liberté.


L’indépendance financière pour être, pour avoir le choix. La chambre ou le lieu à soi, c’est la possibilité de choisir n’importe quelle modalité d’existence. C’est la possibilité d’être ce que l’on veut être et dans cette compréhension philosophique de faire son chemin. Proposition d’une intériorité, d’un espace à soi, qui n’existe que parce qu’il y a dialogue avec les autres, que parce qu’il y les autres pièces de l’appartement ou de la maison. Quel intérêt d’avoir une chambre à soi s’il n’y a pas les autres !


Virginia Woolf est fascinante, car elle va au-delà de toutes limites, au-delà des apparences, au-delà des genres.

Elle pensait avant tout le monde transsexualité. Elle s'adresse à tout le monde. Elle voit au-delà de la bataille hommes/femmes - avant tout il y a la personne. Elle n'aide pas seulement les femmes, elle aide tout le monde.

Virginia enlève l'ossature du réel, les arêtes, pour privilégier les moments. Il n'y a pas d'objet privilégié. La vie est un entremêlement de sensation fluide.


Les liens pour mon roman :

lire un extrait.

leslibraires.fr

Amazon (ebooks et brochés)

Librinova (ebooks)

87 vues4 commentaires

©2020 by Anne-Marie Bougret - Autrice.

Politique de confidentialité. Proudly created with Wix.com