9 - Les coulisses d'un roman, suite...

Mis à jour : févr. 10

Dans ce neuvième article autour de mon roman "Intrigue chez Virginia Woolf", je vous partage l'extrait suivant tiré de ma première version et qui relate une discussion entre Sally et Virginia Woolf au pavillon d'écriture de Monk's House.


photo prise en 2010

Elle m’avait appelée « ma chère amie » et j’en étais toute retournée.
Chargée du bouquet que je venais de lui offrir, elle prit un vase bleu sur une étagère de la petite pièce, éclairée par une double porte vitrée, puis s’en alla d’un pas léger le remplir d’eau à un robinet extérieur. Inondée de lumière, sa robe se soulevait en ondulant sous l’effet de la brise, je me souviens de son visage de madone, elle était belle.
Jeune fille de 15 ans, j’étais complètement sous le charme de cette femme extraordinaire. Je l’aimais.

Bureau de Virginia Woolf dans le pavillon d'écriture.
Après avoir posé le bouquet sur sa table d’écriture, de son regard perçant et taquin, elle me désigna deux chaises longues sur la terrasse abritée d’un immense marronnier, donnant sur la vue que je venais d’admirer quelques instants auparavant.

La vue que Virginia Woolf admirait de son pavillon d'écriture.
Comme à notre première rencontre, elle me parla beaucoup. Elle me dit entre autres que j’avais beaucoup de chance d’aller à l’école, qu’elle-même n’y était jamais allée, car de son temps et, dans le meilleur des cas, les jeunes filles étaient instruites chez leurs parents ; les études ne concernaient que les garçons.
Elle me conseilla malgré tout de me méfier du contenu de l’enseignement dispensé dans les écoles, de garder toujours un esprit vigilant et critique quoi qu’il arrive, de l’affûter en lisant beaucoup, choisissant de préférence des grands écrivains, si possible androgynes comme Shakespeare, Sterne, Keats, Coleridge, Proust et bien d’autres qui faisaient un usage égal des deux aspects masculin et féminin de leur esprit. De tous ceux qu’elle me citait, Proust était un peu trop féminin à son goût. « Mais ce défaut est trop rare pour que l’on s’en plaigne », me dit-elle en riant sous cape.
Je lui demandai ce que voulait dire « androgyne ».
— Un androgyne est quelqu’un qui laisse s’exprimer aussi bien sa partie masculine que féminine qui se trouvent en chacun de nous, sans privilégier l’une plus que l’autre, m'expliqua-t-elle.
Elle m’évoqua Coleridge qui avait écrit ceci : « un grand esprit est androgyne. C’est quand cette fusion a lieu que l’esprit est pleinement fertilisé et peut faire usage de toutes ses facultés ».

Je vous invite mes AmiEs à me livrer vos ressentis !

J'ai toujours beaucoup de plaisir à vous lire et à vous répondre.


Si vous ne connaissez pas l'article précédent sur le même sujet, il se trouve ici !

- pour lire un extrait de mon roman "Intrigue chez Virginia Woolf", ou sur mon BestSeller.com

- brochés et ebooks Amazon ,

- ou directement vers moi, broché avec dédicace et marque-page (me contacter) !

©2020 by Anne-Marie Bougret - Autrice.

Politique de confidentialité. Proudly created with Wix.com